CONFÉRENCE BUDGÉTAIRE MEF-CENA

La conférence budgétaire devant statuer sur le montant des prochaines élections législatives s’est tenue ce jeudi entre le ministre des Finances, les membres de la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) et les représentants des autres institutions impliquées dans l’organisation des prochaines consultations électorales. 5.500.000.000 FCFA, c’est le montant global du budget retenu pour les élections législatives de 2019.

Le communiqué final de la conférence budgétaire fait suite aux différentes séances tenues pour arrêter le montant des prochaines élections ; et ce, en respect de l’article 108 du code électoral. Un budget dont la répartition se présente comme suit :

  • Commission Électorale Nationale Autonome : 3.910.470.510 FCFA
  • Cour Constitutionnelle : 334.223.240 FCFA
  • Cour Suprême : 120.000.000 FCFA
  • Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication : 200.000.000 FCFA
  • Ministère de la Justice et de la Législation : 30.000.000 FCFA
  • Ministère de l’Économie Numérique et de la Communication : 173.371.250 FCFA
  • Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique  : 350.000.000 FCFA
  • Ministère de la Défense Nationale : 307.000.000 FCFA
  • Ministère de la Décentralisation et de la gouvernance locale : 75.000.000 FCFA

Conscient des ressources financières limitées du pays, le président de la CENA a pris acte de ce budget et donné l’assurance de gérer au mieux, les ressources mises à sa disposition. Mais Emmanuel TIANDO a tenu à préciser que « la démocratie a un coût et l’organisation d’une élection est une opération très complexe comportant des situations imprévisibles entraînant parfois des coûts inattendus ». D’ores et déjà, la CENA compte sur le ministère des Finances pour répondre favorablement à d’éventuelles sollicitations, a-t-il ajouté. Le ministre des Finances a pour sa part, exhorté la CENA à faire preuve de beaucoup de rigueur dans sa gestion pour éviter de laisser des ardoises au lendemain de ces consultations, comme le retrace l’histoire des différentes élections organisées au Bénin. Pour Romuald WADAGNI, c’est la moitié du chemin qui vient d’être parcourue, l’autre moitié résulterait dans les efforts consentis pour une gestion efficiente du budget alloué. Il a pour finir promis de mettre à disposition dès l’ouverture de l’exercice budgétaire en janvier, les ressources nécessaires à l’organisation d’une élection transparente et apaisée.

COMMUNIQUES

No Posts found.